Idéalement situé à proximité des futures fermes éoliennes et hydroliennes françaises et britanniques, les ports de Cherbourg et de Caen-Ouistreham présentent tous les avantages pour accueillir les industriels et les activités liées à la prometteuse filière des Energies Marines Renouvelables.

C’est pourquoi, PNA et les collectivités locales ont adaptés les ports aux attentes des acteurs de la filière.

Au printemps 2015, le quai lourd à la portance de 15 t/m² a été le premier quai de ce type livré France. Quant aux travaux relatifs à l’extension de 39 hectares de terre-pleins du port en grande rade de Cherbourg, ils sont désormais achevés.

 ©R.Lebarbier-biplan

Cette extension a conclu l’essentiel des travaux sur le port de Cherbourg, sauf si le pré-assemblage des fermes éoliennes offshore pour les champs de Courseulles-sur-Mer et Fécamp sont  concomitants. Dans ce cas, un nouveau quai lourd sera nécessaire. II s’agira alors de construire un quai spécialisé de 140 m en contiguïté de l’extension des 39 ha. La décision sera prise en 2017, conjointement avec le consortium EMF (EDF EN et ses partenaires) qui cofinancera cet investissement.

Sur Cherbourg toujours, la construction de l’usine d’hydroliennes d’Open Hydro pourrait débuter courant 2017. L’annonce récente de la création de DCNS Energies est une bonne nouvelle qui permet de consolider cet acteur majeur des EMR. Quant à l’usine de pâles de LM Windpower et au projet d’extension nord du quai des flamands, 2017 devrait être décisif.  

 

  Investissement : 60M€ HT. Cette opération est co-financée par l'Union Européenne à hauteur de 14.8M€

 

 


Date de dernière mise à jour : 27/03/2017